AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 de Jacqueline Kelen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: de Jacqueline Kelen   Mer 8 Juil - 12:43

J'aime beaucoup l'écriture de cette femme


"Jacqueline Kelen est l'une des très rares femmes qui perçoivent, célèbrent et manifestent la dimension hautement traditionnelle et sacrée de la Féminité. La presque totalité des femmes ont choisi de célébrer la déesse dans le secret et un silence éloquent. Jacqueline Kelen a choisi de chanter la déesse avec les serpentins du langage pour conduire doucement le lecteur d'abord à la beauté, puis au silence et enfin à la contemplation."

Son écriture sur Marie-Madeleine est très belle. Je possède beaucoup de ses ouvrages, mais mon préféré reste celui là


comme ce livre n'est plus édité, je me permets de vous en offrir un extrait
(la présentation n'est pas fidèle au livre, mais j'ai préféré aérer pour une lecture plus douce)

Le temps manquait d'amour.
Il se mit à écrire.
Le cœur navré mais la main gouvernant avec obstination la plume.
Il se mit à écrire comme venait le soir.
Sur le pupitre de bois, il y a ce qui suffît à créer un monde : plumes, encre et parchemin. Et la lumière du soir. Et le tremblement de son cœur.

Il se mit à écrire dans la surabondance du silence, dans la désolation des jours.
Sa main suivait les emportements de la plume et ses soudains dérapages de bête blessée.
Ce qui importait n'était pas tant les mots qui venaient mais le geste d'écrire, d'attendre et d'écouter.
Le geste de se pencher.

Dieu, que de solitude autour et à l'intérieur de celui qui écrit.
Et en même temps tout devient possible - monde à naître, bruissant d'abeilles - grâce à cette inépuisable solitude.
Voilà ce qu'il se dit, l'homme qui se penche et découvre en retenant son souffle ce que la plume a tracé.

La page demeure toujours le lieu de l'étonnement.

Il est grave.
Il sait qu'au détour d'un mot, il peut rencontrer la beauté.
Et nul n'est préparé à cette apparition.

Avec sa plume qui piaffe ou qui trébuche, avec l'encre profonde couleur de myosotis et avec sa propre nudité, il aimerait consoler la beauté, apaiser ses chagrins.

L'écriture n'est rien d'autre.

Il aimerait, avec ce peu de plume et d'encre et le tremblement du cœur, réconforter Dieu, faire sourire le visage de Beauté. Leur montrer, oh très fugitivement, que tous les hommes ne sont pas repus ni tranquilles dans leur imperfection.

Il regarde l'encrier : un puits vertigineux.
Il tient en l'air la plume : tout peut advenir.
Il est si court, le chemin qui va à l'encre bleue, mais lui peut hésiter et la plume faiblir.
Durant ce suspens, il ne réfléchit pas, il ne cherche pas ses mots (les mots se cachent au fond de l'encrier) : il écoute. Il écoute et il ne sait pas encore s'il va persister à écrire ou si la plume voudra se reposer avec la venue du soir.

Dieu lui-même s'est reposé, se dit-il.
Mais il ne se sent pas Dieu. Il serait plutôt le plus pauvre, le plus inutile des hommes, de ceux qui n'ont que leurs rêves et leurs mots pour se sentir vivants — et qui, les offrant, paraissent ridicules.

Il comprend alors l'étendue de sa solitude : lui, il est prêt à donner ses jours pour une poignée de mots justement assemblés que tous les autres méprisent et jettent.
Solitude de batailler pour la beauté, solitude extrême d'être triste pour elle et de vouloir consoler Dieu par le geste fragile de la main qui écrit, par ce geste impérieux de qui s'arrache à la quiète imperfection du monde...

Et la plume reprend le chemin de l'eau bleue et va puiser les mots.

L'homme au vrai n'écrit pas : il mène sa plume boire comme d'autres font se désaltérer leurs chevaux au bord de la rivière.

Et la plume écrit, d'une seule traite, comme sans respirer :
"La femme est le ciel de l'homme."

Il lit ce qui vient de s'écrire.
À l'avance il ne sait jamais si c'est une évidence ou une étrangeté.

Maintenant il pose sa plume.
Il réfléchit.
Il revoit la rencontre entre l'homme et la femme.
Cela lui paraît comme le choc, l'impossible ajustement entre la mesure de l'homme et la démesure de la femme.

À la façon dont le ciel devrait infiniment se pencher, se plier, se mortifier afin d'épouser étroitement la terre.
L'homme cherche et veut savoir, il aime ce qui peut être connu.
La femme, avec ce geste d'ouvrir les fenêtres, d'ouvrir grand les yeux, la femme sans cesse demande à élargir la vision, à célébrer l'infini et l'inconnaissable.
L'homme est délimité, précis, et la femme est vaste, sans contours.

Sa main tremblante a renversé l'encrier.
Tous les mots sont perdus, croit-il.
Non.
Parfois le ciel penche jusqu'à se déverser.

La femme est aussi la grande nuit de l'homme.

Jacqueline Kelen
Revenir en haut Aller en bas
Damejane
Fan de l'Astral
Fan de l'Astral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 141
Age : 66
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: de Jacqueline Kelen   Mer 8 Juil - 21:27

.

Bonsoir à vous "gentes" personnes ! sunny
Ayvie,

J'avoue que je ne connaissais pas cette auteure,
merci pour le partage de ces quelques lignes,
toutes en poésie, j'en ai apprécié la saveur et la douceur..


Amicalement : damejane
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de Jacqueline Kelen   Jeu 9 Juil - 6:37

quelques liens rapidement pour vous permettre de mieux la découvrir

http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=605

http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=534

la liste de ses livres

j'aime particulièrement "la divine blessure" et "l'esprit de solitude"

à bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Athena
Initié au Grand Art de l'Astral
Initié au Grand Art de l'Astral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 253
Age : 44
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: de Jacqueline Kelen   Jeu 9 Juil - 16:42

très beau, très bien écrit...merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de Jacqueline Kelen   Sam 11 Juil - 9:14

Bonjour Ayvie

Trés jolie texte, plein de poésie et de questionnements.

Une phrase me laisse tout de même pantois sortie du contexte:
"l'impossible ajustement entre la mesure de l'homme et la démesure de la femme".

Mias bon WE à toutes et à tous et spécialement à Hélinata qui est allée se ressourcer quelques jours au soleil. flower
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: de Jacqueline Kelen   

Revenir en haut Aller en bas
 
de Jacqueline Kelen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je m'appelle Jacqueline
» Bienvenue Jacqueline
» Décés de Jacqueline Bousquet
» Jacqueline de Romilly et la tragédie grecque
» Le lycée Jean Giraudoux de Chateauroux remporte le prix Jacqueline de Romilly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASTROSOFIA & autres Sciences Sacrées :: Salon Astral :: Ouvrages entre Ciel et Terre...-
Sauter vers: